Rubrique articles

Basés sur mon expérience et mes connaissances

loader

Édité par Vaginisme un messager, le 22/09/2021

Vaginisme & mémoires cellulaires?

Nous venons toutes d’une vulve.

J’aurais tendance à dire que la vulve reflète pour moi, les portes du paradis.

Avec le temps, j’ai analysé le regard que nous cultivions à travers les générations sur la vulve, sur le féminin et son temple… Les croyances erronées, remarques qui tournent en boucle et qui pèsent sur notre esprit.

J’imagine une vulve derrière des barreaux comme une vulve emprisonnée pour l’image qu’on lui donne, image de « traînée », « sale », « pêché »…

Que se passe t’il donc pour chaque âmes passant cette porte ?

Il ne s’agit pas d’un paradis.

Ces croyances, diktats se collent à notre ADN.

Mince alors ! Et ça fait plusieurs siècles que ça dure et que c’est toujours normal !

Quand est-ce que les consciences vont s’éveiller ?


J’aimerais te poser une question, que ressens tu quand tu mets ton doigt dans ta bouche ?

C’est un orifice ! Très similaire au vagin !

Comment se fait-il que la vulve soit si rejetée ?

Les diverses pathologies sexuelles que nous pouvons retrouver ne sont pas anodines.

Pour le cas du vaginisme, j’ai ressenti un vrai choc dès que j’ai été diagnostiqué.

Je me suis demandé pourquoi ? Qu’est-ce que je fais ? Je suis pourtant une bonne personne !

Il peut paraître facile de créer de l’ouverture quand on découvre qu’il y a un nom à ce trouble mais c’est aussi OK de vouloir prendre son temps, pour digérer notamment.

Au début, j’ai voulu oublier ma vulve pour ne plus avoir honte.

Le chemin d’acceptation passe par l’accueil de « ce choc ».

Les recherches peuvent nous pousser à aller plus loin.

Certaines pathologies sont les fruits des renonciations de nos ancêtres… violences, abus, inceste etc…

Nous portons les mémoires cellulaires qui contiennent nos traumas.

Notre énergie sexuelle ne circule pas correctement car se retrouve freinée par des schémas bloquants du passé.

Il y a un conflit entre la jouissance et le péché.

Lorsqu’une femme vaginique effectue un travail de reconnexion à son corps, elle impacte aussi les mémoires transgénérationnelles du passé mais aussi celles du futur.

Notre histoire familiale est inscrite dans notre ADN.

Aujourd’hui des moyens existent pour venir casser ces chaînes !

La méthode de Mame Ndanty Badiane vient travailler en profondeur sur le rapport au corps, la reconquête de son féminin, la réconciliation avec soi pour guérir de ses blessures grâce à l’amour inconditionnel que l’on se porte et que nous méritons de donner à notre vulve, à notre corps.

N'hésites pas à partager cet article et mon blog pour permettre à d'autres femmes de mettre des mots sur ce trouble et à faire reconnaître le vaginisme dans ton entourage, qui est encore aujourd'hui bien trop méconnu dans notre société.

Tu as accès à un groupe d'échange entre femmes sur facebook "Guérir du vaginisme (échanges, conseils & astuces)" pour ne pas te sentir seule. Je suis régulièrement active et présente pour vous répondre.


Si tu souhaites guérir de ton vaginisme en étant accompagnée dans ta démarche, clique là ce sera un plaisir de faire ta connaissance !

loader

Édité par Vaginisme un messager, le 04/12/2020

Moi, dépendante affective ?

On ne s’en rend pas forcément compte, mais la dépendance affective qui vient de la blessure de l’abandon (et du rejet) peut avoir un rapport avec le vaginisme.

Dans mon cas, c’est même l’une des nombreuses causes.

Mon vaginisme s’est renforcé de ce fait puisque je me suis sentie abandonnée par tous les hommes de mon entourage. Cette blessure a crée chez moi, une frustration / impuissance si immense que je me suis complètement renfermée et tendu de l’intérieur. J’ai fermé mon cœur car peur d’être abandonnée à chaque fois donc mon vagin s’est lui aussi fermé.

Les blessures qui peuvent engendrer une dépendance affective ?

Attention, beaucoup confondent, abandon et rejet !

Abandon : Je ne peux pas m’occuper de toi (figure parentale)

Rejet : Je ne t’accepte pas, je ne veux pas être avec toi (camarades d’école par ex)

D’après mon introspection personnelle, je dirais qu’il y a 3 blessures :

La blessure de l’abandon : Tu peux avoir été quitté à maintes reprises sans que ce soit bien entendu forcément volontaire, que ce soit par tes parents, par des amies, par des petits copains.

Le rejet (rejeté car pas accepté pour ta personnalité) : On te rejette car on ne t’accepte pas pour ce que tu es. On ne veut pas de ta présence dans un groupe d’amies par exemple.

La trahison : Tu t’es sentie trahi quand on t’a rejeté ou abandonné ? Personnellement cela a été mon cas. C’est ce qui a fortement activé cette blessure du contrôlant qui a eu un impact sur ma vie sexuelle et sur ma vie en général. Il y a de nombreux moyens pour accepter et laisser les choses se faire naturellement. J’y fais référence dans mon article précédent :).

L’estime et / ou confiance en soi : Si tu as été rabaissé(e), dévalorisé(e) par ton entourage, que tu te sens incapable d’accomplir quoi que ce soit seul(e)...

Comment s'en sortir ?

Bien entendu, cette dépendance n’est pas arrivée par hasard.

L’éducation que nous avons reçue joue un rôle considérable.

Cela peut être dû à un évènement dans l’enfance qui a généré une émotion. Cette émotion n’a pas été prise en compte ni entendu. Au fil des années, les émotions sont donc refoulées.

Elles vont réapparaitre car on va réagir à certaines situations alors que l’autre personne n’a pas voulu nous faire ressentir cela.

Quand on souffre de dépendance affective, quels comportements avons-nous ?

On a tendance à voir le mal partout et à tout prendre personnellement.

C’est intéressant de faire le test suivant :

Comment je réagis si mon copain ne me répond pas au téléphone de suite alors qu’il a lu mon message?

Comment je réagis si mon père prend l’avion et ne me prévient pas de son arrivée à destination dès l’atterrissage ?

Qu’est ce que je ressens à ce moment là ? Quelles sont les réactions de l’autre personne ?

Des moyens pour en sortir ?

Il y en a mais cela nécessite de mettre en place un gros travail sur soi.

Attention, si tu ne travailles pas cette blessure, tu attireras des personnes du même type. (Même principe que la loi d’attraction, « tu attires ce que tu es »)

Mais

pour te permettre de travailler sur cette blessure, tu seras au cours de ta vie, amené à attirer le contraire.

Pose-toi les bonnes questions…

Est-ce que je m’aime suffisamment ? Qu’est ce que je m’apporte personnellement et qu’est ce que j’apporte au monde ? (Pour t’aider à y voir plus clair, je te recommande de te procurer le livre de John Gray « Guérir ses blessures affectives »)

Qu’est-ce que je suis capable de réaliser seul(e) sans aucune aide ? Que dois-je mettre en place pour sortir de ma zone de confort ?

Dans mon cas, je me lance quotidiennement des challenges. Sans attendre l’approbation de qui que ce soit, j’ai pris une décision importante. J’ai adopté un chat de race hypoallergénique. J’y ai mis mon énergie et mon argent. Etant ambivertie, c’est un challenge qui n’a pas été si simple car, pour une fois dans ma vie, c’est moi qui ai tout géré de A à Z sans demander d’aide ou d’avis.

Est-ce que je me sens libre et en accord avec moi-même à l’intérieur ? Est-ce que je m’autorise à prendre des décisions seules ? À m’affirmer ?

Ici c’est du cas par cas. Je t’ai cité un exemple plus haut. C’est hyper important de faire le point là-dessus et de trouver des stratégies et / ou actions à mettre en place.


Quoi qu'il en soit :

Les mœurs traditionnelles nous ont conditionnées pour faire plaisir aux autres plutôt que de s’écouter soi même.

Si tu ne rentres pas dans la norme, on t’a apprit que tu serais jugé(e) ou rejeté(e).

C’est faux !

Préserver son indépendance ne fera pas de toi une personne égoïste !

Si tu ne penses pas à toi et à ton bien être qui va s’en soucier ?

Parfois, il faut savoir marquer un temps d’arrêt et se retrouver avec soi même. Il y a des possibilités de trouver des alternatives aux demandes urgentes (de la famille par ex) et de les orienter vers autre chose en attendant.

Apprends à accueillir ce qu’il se passe en toi, accepte de ne pas toujours être bien, puis traverse et transforme cette énergie.

Si tu es heureux / heureuse en solo, tu rayonneras aux yeux des autres.

Pour rappel, on attire ce que nous sommes !

Si vous souhaitez aller plus loin, n'hésitez pas à faire vos propres recherches, libre à vous du moment que vous êtes OK pour commencer ce travail de connaissance sur vous même.

J'ai participé à une conférence très enrichissante au sujet de cette blessure, je t'invite à t'inscrire via ce lien pour être sur la liste d'attente et être tenu informé des prochaines conférences : ici

N'hésites pas à partager cet article et mon blog pour permettre à d'autres femmes de mettre des mots sur ce trouble et à faire reconnaître le vaginisme dans ton entourage, qui est encore aujourd'hui bien trop méconnu dans notre société.

Tu as accès à un groupe d'échange entre femmes sur facebook "Guérir du vaginisme (échanges, conseils & astuces)" pour ne pas te sentir seule. Je suis régulièrement active et présente pour vous répondre.


Si tu souhaites guérir de ton vaginisme en étant accompagnée dans ta démarche, clique là ce sera un plaisir de faire ta connaissance !

loader

Édité par Vaginisme un messager, le 11/09/2020

Attiser la flamme dans sa sexualité

Tu souffres de vaginisme et je pense que comme cela m'est arrivé, tu dois probablement rejeté ton partenaire lors des rapports sexuels. " Plus tard " " pas maintenant " " j'ai pas envie "... Pourquoi ? Parce qu'au moment de la pénétration c'est toujours la même histoire.. Parce que vous vous focalisez uniquement là dessus...

Sache qu'il y a des moyens pour attiser la flamme lors des rapports sexuels :

Comme vous devez déjà le savoir, le sexe ne se résume pas à la pénétration.

Tout peut déjà se mettre en place avant de vous retrouver au lit... Cela peut commencer par le port d'une belle robe ou d'un pantalon bien moulant ou encore par le biais de sextos coquins.

Mmmh ...

D'autres exemples :

=> Jouez à des jeux de cartes, à des jeux de dés pour créer une excitation.

=> Caressez, touchez, embrassez chaque parcelle du corps de votre partenaire. Un homme ce n'est pas qu'un pénis ;) L'ensemble des zones érogènes doivent être stimulées avec douceur et amour.

=> Laissez faire votre imagination et n'hésitez pas à vous déguiser avec des costumes (infirmière sexy ou pompier). Pour intensifier le jeu, vous pouvez également opter pour une paire de menottes ou un bandeau pour les yeux.

=> La plupart des femmes de mon équipe ont mis une playlist en place. N'hésitez pas à vous sélectionner une bedroom playlist pour faire monter la température.

=> Si vous êtes gourmande tout comme moi, vous pouvez tout aussi vous faire une pause plaisir en étalant un peu de chocolat sur votre chéri. Investir dans un ensemble en bonbon pourrait être un choix judicieux.

=> La lumière tamisée laisse place au suspens et à la surprise. Mes plus beaux rapports se sont passés de cette manière.

=> Optimiser un autre cadre que le classique lit de la chambre. Prendre le risque d'être pris en flagrant délit peut booster la libido (voiture, parc...).

Si vous souhaitez tester d'autres techniques, libre à vous du moment que votre partenaire est en accord avec vous. Tout ce qui se déroule lors d'un rapprochement à deux ou à plusieurs doit toujours être consenti.

N'hésites pas à partager cet article et mon blog pour permettre à d'autres femmes de mettre des mots sur ce trouble et à faire reconnaître le vaginisme dans ton entourage, qui est encore aujourd'hui bien trop méconnu dans notre société.


Si tu souhaites guérir de ton vaginisme en étant accompagnée dans ta démarche, clique là ce sera un plaisir de faire ta connaissance !

loader

Édité par Vaginisme un messager, le 03/07/2020

Identifier le symptôme

Aujourd'hui, nous abordons de plus en plus la sexualité dans notre société. Cependant, la femme peut-être amenée à souffrir de certaines dyspareunies. Le vaginisme, terme qui reste encore peu connu, n'est pas arrivé par hasard. Il a toujours été présent mais non diagnostiqué. Heureusement, on a désormais la chance de pouvoir mettre un mot sur ce dysfonctionnement.

Oui, mais encore ?

Il est vrai, j'aurais dû rédiger cet article plus tôt mais, pour être honnête, je pensais attirer uniquement des femmes souffrantes de vaginisme. Pour que ce soit plus clair, voici un article complet et précis sur la définition du vaginisme. Il s'agit d'un trouble de la sexualité plutôt répandu mais tabou. Il peut apparaître sous plusieurs formes : Vaginisme primaire (présent dès le début de la sexualité), secondaire (arrive du jour au lendemain), global (rapports et examens gynécos impossible) ou partiel (dépend du partenaire).

Il s'agit d'une contraction involontaire des muscles du périnée, causé par une peur ou phobie de la pénétration vaginale. De ce fait, l'homme essaiera en vain mais un mûr invisible l'empêchera de pénétrer sa partenaire. A savoir que dans des cas de vaginisme, il n'y a que très rarement une anomalie physique, les organes génitaux sont normaux. Il s'agit d'un trouble psychologique. L'inconscient envoie un message de refus au corps. Ainsi la femme peut avoir du désir et être excitée sans pouvoir réaliser l'acte. A noter également, que les codes culturels et religieux ont un lien avec le vaginisme.

Ayant vécue cette situation, je peux vous assurer qu'il n'est pas facile d'en discuter quand on en souffre. J'ai reçu une éducation catholique qui je pense a eu un rôle dans mon vaginisme. Par ailleurs, on se trouve dans une société qui encourage fortement l'expérimentation sexuelle et ce, de plus en plus tôt.

Parmi les femmes que j'accompagne, la plupart me parlent d'une véritable peur de la douleur avant même de la ressentir ou de l'avoir réellement vécue.

La femme vaginique souffre et tentera d'éviter par tous les moyens de se retrouver dans l'intimité avec son partenaire.

Certaines tentent tout de même, mais, hélas ne parviennent plus à se contrôler, ce qui peut aboutir parfois à des crises d'angoisses violentes. Le partenaire dans ces moments là ne comprend pas, sinon se retrouve frustré ou bien dans le pire des cas, préfère partir et refaire sa vie ailleurs... (cf groupe dédié aux hommes).

On peut considérer que le vaginisme est un réflexe de défense du corps. Quand tu as peur d'un animal ou qu'une poussière se dépose accidentellement dans ton oeil, ton premier réflexe va être de te contracter de manière instinctive. On peut constater qu'il en est de même chez la femme vaginique, elle se contracte pour empêcher l'insertion d'un corps étranger dans son corps et ainsi éviter toute sensation de douleurs ou brûlures. Dans certains cas, et comme j'ai pu l'expérimenter, il peut arriver que la femme pousse son conjoint en fermant ses cuisses. Pour ma part, il m'arrivait également d'avoir très envie de faire l'amour, pourtant toute tentative de pénétration était extrêmement douloureuse voir impossible.

Alors même si tu n'es pas encore guérie, que c'est parfois frustrant de ne pas aller à l'aboutissement, les rendez-vous coquins sont selon moi, impératifs, pour se retrouver. Il n'est pas obligatoire d'aller très loin pour apprécier le moment.

J’espère que cet article te permettra de te sentir moins seule et surtout que mes conseils pourront aider ton couple à surmonter cette épreuve car le vaginisme est un symptôme ! Ce n'est pas une maladie ! Il n'est pas là par hasard car il n'y a pas de hasard ! Tu as des choses à régler et tant que ce ne sera pas fait ce sera un cercle vicieux dont tu ne verras jamais le bout.

N'hésites pas à partager cet article et mon blog pour permettre à d'autres femmes de mettre des mots sur ce trouble et à faire reconnaître le vaginisme dans ton entourage, qui est encore aujourd'hui bien trop méconnu dans notre société.


Si tu souhaites guérir de ton vaginisme en étant accompagnée dans ta démarche, clique là ce sera un plaisir de faire ta connaissance !

loader

Édité par Vaginisme un messager le 26/06/2020

Activer son power !

Je suis bien placée pour te dire qu'il n'est pas facile de rester patiente pendant son parcours de guérison. Je suis passée par là.

A travers cette article, je vais t'indiquer comment je m'y suis prise. J'espère que cela pourra t'inspirer. Ne perds pas espoir, comme dit l'expression, tout vient à point à qui sait attendre.

Le traitement du vaginisme commence par l'acceptation.

Ne reste pas seule...

Je comprends, c'est plus facile à dire qu'à faire mais s’apitoyer et s'autoflageller n'est vraiment pas une solution.

Les victimes n'avancent pas si elles ne sortent pas de leur zone de confort.

Comme nous le préconisons avec Mame et l'équipe, se faire accompagner pour traiter son vaginisme peut-être nécessaire même si ce n'est pas obligatoire.

En effet, le vaginisme est un trouble psychosomatique, et le traiter via un accompagnement sur le plan physique et psychologique n'est donc pas négligeable.

C'est même peut-être le meilleur moyen de s'en sortir efficacement.

Que tu es adhéré ou non au programme, pour te soutenir et libérer ta parole, n'hésite pas à venir échanger sur les réseaux sociaux mais aussi et surtout sur le groupe privé Facebook dédiée aux femmes atteintes de vaginisme.

Pour trouver du réconfort, tu disposes du contenu gratuit que nous proposons à travers le blog de Mame ou encore des chaînes YouTube des femmes de l'équipe.

Que tu te fasses accompagner ou non dans ta guérison, je te suggère d'éviter absolument de te comparer aux autres femmes. Oui certaines femmes guérissent au bout de quelques jours, et d'autres au bout d'un mois... Et alors ? ta personnalité est unique, ton histoire n'est pas la même et les facteurs que tu rencontres autour de toi varient d'une personne à une autre.

J'encourage pour ma part les femmes que j'accompagne à rester positive et à écouter leur corps. C'est essentiel car cela les poussent à agir et à obtenir des résultats au fil des jours.

Il est fondamental d'y aller à son rythme, la guérison n'est pas une course !!

Active ton mode "power", reste focus sur ton objectif et demande toi quelle femme tu seras une fois guérie ?

Ensuite détermine des petites actions à mettre en place dans ta routine quotidienne, des actions qui peuvent durer 1 à 2 min. Tu verras que tu voudras y passer davantage de temps au fur et à mesure.

Il peut arriver que ton corps s'exprime et te demande de le laisser se reposer un temps, c'est ok, ne te fatigue pas plus ! Nous ne te culpabiliserons pas, à condition que cette situation reste temporaire bien entendu. Nous sommes passé par ta situation je te rappelle.

Tout grand sportif a besoin de faire une pause pour revenir plus fort et plus productif ensuite. Sers toi de ce temps libre pour faire le point et prendre du recul.

Pendant ton parcours de guérison, n'hésite pas à communiquer sur tes avancées avec ton chéri, à vous organiser des rdv en amoureux, des moments romantiques (massages, dîner aux chandelles...) sans passer par la case pénétration si tu ne te sens pas prête car la pénétration n'est pas obligatoire. Cela prouvera à ton chéri que son bonheur tient toujours une place importante dans ton cœur.

N'oublies pas de te le rappeler, le vaginisme est un trouble et non une maladie ! Il n'est pas là par hasard car il n'y a pas de hasard ! Tu as des choses à régler et tant que ce ne sera pas fait ce sera un cercle vicieux dont tu ne verras jamais le bout.

N'hésites pas à partager cet article et mon blog pour permettre à d'autres femmes de mettre des mots sur ce trouble et à faire reconnaître le vaginisme dans ton entourage, qui est encore aujourd'hui bien trop méconnu dans notre société.


Si tu souhaites guérir de ton vaginisme en étant accompagnée dans ta démarche, clique là ce sera un plaisir de faire ta connaissance !

loader

Édité par Vaginisme un messager, le 12/06/2020

La résilience

Parmi les femmes que j'accompagne, il y a celles qui souffrent de vaginisme sans avoir de traumatismes liés à la sexualité et puis les autres, celles qui ont subis des violences sexuelles, que ce soit d'un membre de la famille, d'un partenaire...

Comme l'indique le nom de mon blog, derrière le vaginisme se cache un message.

Le corps réagit toujours là où il a souffert.

L'acceptation ?

Certaines m'ont déjà parlées d'infection urinaire ou de mycoses, cela peut signifier que le corps demande de l'aide, que l'on prenne soin de lui. Ce n'est malheureusement pas en occultant que tu pourras fuir le problème.

On peut panser nos maux avec des médicaments mais il est nécessaire de traiter et réparer la douleur qui se trouve en profondeur ensuite.

Pour ma part, j'ai déjà été agressée physiquement quand j'étais petite et sexuellement bien plus tard lorsque j'étais adulte.

Il est rare de ne pas entendre une victime faire part de sa culpabilité, ce qui est normal dans un sens car on se demande pourquoi nous ? Qu'est ce que l'on a fait pour mériter cela ? Est-ce que c'est une punition ?

Mais le pire, c'est le tabou et la société culpabilisante dans laquelle on vit.

C'est déjà difficile en tant que victime d'en parler, d'affronter les regards accusateurs de nos interlocuteurs… il semble que ce soit logique de se justifier pour quelque chose que l'on a pas demandé… Pourquoi as-tu suivi cette personne ? Comment étais-tu habillée ? Qu'est-ce que tu faisais dehors seule à cette heure là ?

Ce sont des questions que personne ne devrait avoir à poser je suis d'accord.

Se justifier ne changera pas le passé ni le traumatisme psychique et physique. Si le cerveau peut oublier, le corps lui ne peut pas.

Ne reste pas dans ta zone de confort pour ne rien éprouver, car si tu n'écoutes pas ce que ton corps doit te dire et que tu n'évacues pas ce que tu ressens au plus profond de ton être, tu ne guériras jamais les blessures de ton âme.

Aujourd'hui il est désormais possible de se faire écouter et de se faire comprendre. La plupart du temps on est plus à l'aise pour en parler aux inconnus. N'hésite pas si tu as besoin d'un soutien à venir échanger avec moi et mon équipe.

Nous accompagnons les femmes à la guérison du vaginisme et nous serons là pour t'épauler, t'écouter et te conseiller.

Pour ma part, je peux déjà te conseiller de rendre cette culpabilité à ton agresseur. Pour t'en libérer il y a l'écriture, outil thérapeutique et puissant que nous recommandons dans tous nos exercices. Te soulager d'un poids te permettra d'avancer plus facilement pour la suite. Nous retrouvons aussi l'exercice de la chaise très percutant où il s'agit de s'adresser à la personne qui nous a blessé(e) comme ci elle était devant nous.

En exprimant tes sentiments, tu ressentiras forcément un poids en moins et des changements positifs s'opérer dans ton corps.

N'oublies pas de te le rappeler, le vaginisme est un symptôme et non une maladie ! Il n'est pas là par hasard car il n'y a pas de hasard ! Tu as des choses à régler et tant que ce ne sera pas fait ce sera un cercle vicieux dont tu ne verras jamais le bout.

N'hésites pas à partager cet article et mon blog pour permettre à d'autres femmes de mettre des mots sur ce trouble et à faire reconnaître le vaginisme dans ton entourage, qui est encore aujourd'hui bien trop méconnu dans notre société.


Si tu souhaites guérir de ton vaginisme en étant accompagnée dans ta démarche, clique là ce sera un plaisir de faire ta connaissance !

loader

Édité par Vaginisme un messager, le 21/05/2020

A la découverte du vagin

Ton corps a besoin d'amour, que tu le découvres en conscience et que tu te concentres exclusivement sur tes avantages et non sur tes petits défauts.

Personne n'est parfait et on s'est toutes déjà dévalorisé parce qu'on estimait que notre corps ne répondait pas aux codes de la société ou à ce qu'elle souhaite nous imposer.

Un message caché ?

Le vaginisme n'est pas une maladie mais un message que ton corps veut te faire passer, et le chemin que tu dois traverser passe par la relation que tu entretiens avec ton corps et avec ton vagin.

Le programme de Mame m'a ouvert les yeux à ce sujet. Si tu es mal dans ta peau et que tu passes ton temps à te morfondre et à te comparer à des mannequins ou à des stars alors tes relations avec les autres s'aligneront sur ta pensée.

Pour ma part, pendant des années j'ai occulté mon vagin car je n'avais aucune estime pour moi, je préférais rester dans ma zone de confort en me pensant en sécurité et bien j'avais vraiment tort.

La vision que nous avons du corps féminin est crée par la publicité, par des schémas grossiers... mais pas véritablement basée sur la réalité de notre propre corps.

Quand on est vaginique on visualise souvent notre vagin comme un petit trou noir et on se représente le sexe masculin comme un danger imminent qui est là pour nous détruire. Dans ma situation on ne m'a pas appris à me connaître et à voir toutes les ressources que mon corps pouvait m'apporter et c'est bien malheureux car j'ai tardé à m'en rendre compte. La question que tu peux te poser c'est de te demander si tu connais ton corps ? Si tu as déjà observé ton anatomie ? Car le vaginisme n'est pas dû à une anomalie ou à une malformation physique (si diagnostic préalablement établi par un professionnel de la santé) mais à un trouble psychologique (suite à agressions sexuelles, viol, éducation stricte, tromperies...).

La société nous fait croire que parce que le sexe de l'homme est plus visible alors celui ci est le sexe fort, le plus beau et le plus patati et patata !

Et bien... C'est faux !!

Si tu savais toutes les vertus que ton vagin possède et ce que tu perds si tu continues de le négliger de la sorte.

Saches que si tu souhaites véritablement sortir de cet infernal cercle vicieux, il est alors indispensable d'apprivoiser ton corps, de le découvrir pour pleinement en profiter et en savourer le plaisir.

Je t'invite bien évidemment à aller voir les images et schémas détaillés que ce soit dans le programme de Mame ou sur internet, incroyable mine d'or du 21ème siècle.

Dans mon cas, j'ai réalisé plusieurs exercices pour ne plus appréhender ma vulve et pour la visualiser en pleine conscience et je peux te dire que j'en ai découvert de belles choses...

N'oublies pas de te le rappeler, le vaginisme est un symptôme ! Ce n'est pas une maladie ! Il n'est pas là par hasard car il n'y a pas de hasard ! Tu as des choses à régler et tant que ce ne sera pas fait ce sera un cercle vicieux dont tu ne verras jamais le bout.

N'hésites pas à partager cet article et mon blog pour permettre à d'autres femmes de mettre des mots sur ce trouble et à faire reconnaître le vaginisme dans ton entourage, qui est encore aujourd'hui bien trop méconnu dans notre société.


Si tu souhaites guérir de ton vaginisme en étant accompagnée dans ta démarche, clique là ce sera un plaisir de faire ta connaissance !

loader

Édité par Vaginisme un messager, le 23/04/2020

La gestion du vaginisme en couple

Quand on rencontre un homme, on ne peut pas savoir d'avance combien de temps durera la relation.

On apprend à se connaître, on voit et on laisse le temps passer en évitant certains sujets tant que c'est possible. Et plus les semaines passent, plus le sujet finit par faire surface. Alors on fait des erreurs... par peur que l'autre nous juge...

Que faire ?

L'erreur c'est en premier temps, de ne pas communiquer, de ne pas s'expliquer, de vouloir se montrer forte pour booster son égo.

Mais sans communication, impossible de savoir ce que l'autre a dans la tête... et s'il sera en mesure d'accepter de travailler avec toi pour désamorcer ton vaginisme.

En communiquant sur ton trouble, tu pourrais apprendre des informations complémentaires à ton partenaire car le vaginisme on en parle pas, c'est tabou... les hommes ne sont pas faits comme nous, et justement ce manque d'informations peut créer de l'incompréhension chez eux.

Fuir, c'est ce que certains feront de toute façon, mais si cela se fait dès le début de la relation ça t'évitera bien des pleurs et de la perte de temps.

Ne pas parler, c'est l'erreur que j'ai pu commettre dans le passé. Au début de ma sexualité quand j'ai découvert que j'avais des blocages, mon premier réflexe était de tourner le dos à mon partenaire et de m'enterrer dans ma solitude.

Très souvent mes ex partenaires me posaient des questions, des questions délicates : Tu ne ressens pas d'excitation mais alors cela signifie que tu serais frigide ? Ou peut-être une homosexuelle refoulée ?... Je me souviens encore de la violence de ces mots car je savais qu'au fond de moi le problème était psychologique et qu’il y avait des choses à régler !

Quand j'ai connu mon conjoint, j'ai décidé dès le départ de m'assumer, entièrement et naturellement.

Évidemment, le vaginisme était toujours présent mais même si à ce moment là j’ignorais qu’il s’agissait de vaginisme j'ai souhaité expliquer mon problème sans honte.

Malgré tout, il a eu tendance à penser que c'était par manque d'envie alors que c’était parce que la pénétration était impossible à supporter. Je suis rentrée dans les détails, je n'avais plus d'excuses. Après tout, nous étions ensemble depuis pratiquement 1 an et il m'avait prouvé qu'il était sincère dans notre relation.

Je lui ai raconté mon histoire, l'éducation traditionnelle catholique que j'avais reçu de ma mère et mes différents traumatismes sexuels liés à ma première fois et à diverses autres expériences de l'enfer... Mais pour autant je m’étais convaincue que ce trouble allait disparaître naturellement... Erreur.

Le programme de Mame m’a apporté tout ce dont j’avais besoin. Cela peut être super déconcertant pour les hommes de ne pas savoir d’où vient la cause du problème surtout si vous êtes leur première partenaire sexuelle. J’ai donc compris grâce au programme que l’échange est indispensable pour favoriser le bien être de votre relation. N'oubliez pas que la confiance c'est la base d'une relation de couple !

Dans un second temps, veillez à vous soutenir l'un et l'autre, cela t'aidera à fournir les efforts nécessaires pour guérir.

Un couple c'est à deux, les épreuves doivent être traversées ensemble pour renforcer le couple.

Inclure ton partenaire dans ta guérison n'est pas négligeable.

Dans mon cas j'ai toujours insisté pour qu'il sache tout sur ma progression, les victoires comme les améliorations à mettre en place. Je lui ai même présenté mes dilatateurs vaginaux afin qu'il comprenne par quoi je devais passer. C'est même arrivé qu'il me donne des conseils sans s'en rendre compte et cela m'a m'aidée à trouver des solutions puis à creuser en moi pour résoudre un problème.

Le but c'était qu'il voit mes progrès de lui même pour me prendre au sérieux.

Sache que même si tu n'es pas encore guérie, les rendez-vous coquins sont selon moi, impératifs, pour se retrouver, et il n'est pas obligatoire d'aller jusqu'à l'aboutissement du rapport sexuel, tu m'as compris ? Car les préliminaires sont inclus dans les rapports sexuels et sont tout aussi importants voir plus.

J’espère que cet article te permettra de te sentir moins seule et surtout que mes conseils pourront aider ton couple à surmonter cette épreuve car le vaginisme est un symptôme ! Ce n'est pas une maladie ! Il n'est pas là par hasard car il n'y a pas de hasard ! Tu as des choses à régler et tant que ce ne sera pas fait ce sera un cercle vicieux dont tu ne verras jamais le bout.

N'hésites pas à partager cet article et mon blog pour permettre à d'autres femmes de mettre des mots sur ce trouble et à faire reconnaître le vaginisme dans ton entourage, qui est encore aujourd'hui bien trop méconnu dans notre société.


Si tu souhaites guérir de ton vaginisme en étant accompagnée dans ta démarche, clique là ce sera un plaisir de faire ta connaissance !